Le début des travaux

La première pierre du chantier du canal Rideau fut posée par Sir John Franklin, grand explorateur de l’Arctique, lors d’une cérémonie tenue le 16 août 1826. Mais les éternels problèmes d’arpentage et de planification des travaux feront en sorte que le défrichage ne pourra vraiment commencer que plusieurs semaines plus tard. Le 21 septembre 1826, Lady Dalhousie aura l’honneur de donner le premier coup de pelle dans la vallée d’accès, marquant ainsi le début officiel du travail de défrichage de la dense forêt qui s’y trouvait pour faire place à la construction des écluses de Bytown. Même s’il faudra attendre encore un an avant que le gouverneur général ne soit invité à assister à la pose des premières fondations (une dalle de deux tonnes marquant le début de la construction des écluses de Bytown), l’atmosphère sera empreinte d’optimisme et de joie. Des feux d’artifice improvisés seront déclenchés sous la forme de petites explosions de dynamite, et des fêtes seront organisées pour marquer le début de ce qui deviendra l’une des premières et des plus ambitieuses réalisations architecturales du Canada.

Points d'intérêt

Télécharger Flash Player
Ce vidéo requis Javascript et le plugin Adobe Flash Player. Le plugin et disponible à http://get.adobe.com/flashplayer/

[Source: Tête de hache (34H453-1), Parcs Canada, Centre de services de l’Ontario.]

Durée: 15 secondes
Télécharger "Défrichage de la vallée d’accès" (.mp4 852 KB) Voir la transcription de cette vidéo.

Défrichage de la vallée d’accès

Les abords du chantier étaient couverts de gros arbres et d’arbustes qu’il fallait enlever. Les mêmes bûcherons canadiens-français qui avaient participé au défrichage des terres durant les travaux d’arpentage réalisés précédemment furent rappelés de nouveau pour participer cette fois-ci à la préparation du terrain de la vallée d’accès en vue de la construction du canal. La vidéo ci-dessus montre une tête de hache trouvée lors d’une fouille archéologique effectuée non loin de la vallée d’accès. La partie résiduelle de la tête aurait surmonté le manche de la hache (la lame est brisée).

X
Dessin illustrant des bûcherons près d’Old Sly’sEnlarge

[Source: Near Old Sly’s, Rideau. Fonds James Pattison Cockburn, Bibliothèque et Archives Canada, numéro d’acquisition 1989-262-32, C-012607.]

Dessouchage

Une fois abattus, les gros arbres étaient tirés par des bœufs, mais pour enlever les souches, il fallait souvent les excaver par en dessous pour y placer des charges explosives. Il s’agissait d’une tâche extrêmement dangereuse. Même pour un dynamiteur d’expérience, il n‘était pas toujours facile de prévoir avec précision la force des explosions, et de nombreux travailleurs subirent des blessures graves ou perdirent la vie à cause d’une erreur de calcul. Le tableau ci-dessus montre une forêt près d’Old Sly sur le tracé du canal, avec d’immenses souches à l’avant-plan.

X
Dessin illustrant des hommes en train de défricher la terreEnlarge

[Source: Clearing Land about 1825. Charles William Jefferys, collection de la Pétrolière Impériale, Bibliothèque et Archives Canada, numéro d’acquisition 1972-26-730, C-073549.]

Enlèvement des arbres

Le défrichage était une tâche exigeante. Des équipements mécaniques auraient pu être utilisés pour la construction du canal, mais pour les maîtres d‘œuvre du chantier, l’abondance d’ouvriers à petit salaire était une option plus rentable. L’illustration ci-dessus montre plusieurs hommes en train de tirer des troncs d’arbres et des débris sur le chantier. Deux bœufs sont également visibles à l’arrière-plan.

X
Portrait de Thomas McKayEnlarge

[Source: Thomas McKay, builder of Rideau Hall and Earnscliffe. Photographe inconnu, fonds Alexander Scott, Bibliothèque et Archives Canada, numéro d’acquisition 1977-137 NPC, PA-125208.]

Le maçon écossais Thomas McKay

En 1827, le lieutenant-colonel John By attribua à John Pennefeather la maîtrise d‘œuvre des travaux d’excavation des écluses de Bytown. Pour les travaux de maçonnerie, il retint les services de Thomas McKay et de John Redpath. McKay, un maçon et un ouvrier chevronné d’origine écossaise, s‘était forgé une réputation d’entrepreneur fiable durant la construction du canal de Lachine quelques années auparavant. Des offres d’emploi comme ouvriers et maçons commencèrent à circuler à Montréal en 1827.

X
Outils et métiers» Introduction«