Premiers établissements

Durant bien des années avant l’arrivée de By, le secteur situé à l’est de la vallée d’accès a porté les noms de débarcadère Bellows, débarcadère Richmond, Shier Falls et chute des Chaudières. Les Autochtones, les commerçants de fourrures canadiens-français et les petites entreprises forestières américaines étaient bien présents sur cette section qui longe la rivière des Outaouais et sur les terres avoisinantes. Lorsque le lieutenant-colonel John By débarqua sur ces terres pour la première fois à l’automne 1826, toutefois, les seuls tracés navigables en direction et autour de l’entrée projetée du canal avaient été débroussaillés par quelques arpenteurs qui l’avaient précédé et les premiers colons. Bien que l’endroit fût parfait pour y installer une base militaire, le lieutenant-colonel By dut faire preuve de beaucoup de patience et de persévérance pour transformer un lieu si sauvage en ce poste d‘éclusage nordique à la fois sûr et pittoresque dont il rêvait.

Points d'intérêt

Télécharger Flash Player
Ce vidéo requis Javascript et le plugin Adobe Flash Player. Le plugin et disponible à http://get.adobe.com/flashplayer/

[Source: Fonds Famille Maule / Earl of Dalhousie, “36 plans and abstract of the estimate of expenditure of the Rideau Canal”, 1828, National Archives of Scotland, GD45/3/9.]

Durée: 29 secondes
Télécharger "Le débarcadère Bellows" (.mp4 6 Mo) Voir la transcription de cette vidéo.

Le débarcadère Bellows

Bien avant l’arrivée du lieutenant-colonel John By dans la vallée d’accès, de petits établissements européens s‘égrenaient le long de la rivière des Outaouais. Un de ces établissements, appelé débarcadère Bellows, comptait quelques bâtiments qui furent reconvertis pour desservir l’industrie florissante du bois et les travailleurs du canal à Bytown. On aperçoit sur cette carte l’emplacement de la célèbre taverne Firth’s ainsi que les tracés de l’ancien canal et du projet de canal utilisés pour le transport du bois.

X
Aquarelle montrant deux chefs ottawa de MichillimackinacEnlarge

[Source: Two Ottawa Chiefs Who with Others Lately Came Down from Michillimackinac Lake Huron to Have a Talk with Their Great Father The King, artiste inconnu, collection d’oeuvres canadiennes de David Ives Bushnell, Bibliothèque et Archives Canada, numéro d’acquisition 1981-55-41, C-114384.]

Chefs autochtones

Avant l’arrivée des colons européens, les voies navigables reliant la rivière des Outaouais au lac Ontario étaient très fréquentées par les Autochtones. Chaque année, ces navigateurs expérimentés franchissaient de grandes distances dans des canots d‘écorce pour rejoindre leurs territoires de chasse et de pêche. Les premiers arpenteurs européens chargés de cartographier ces terres sauvages – et souvent dangereuses – pour d‘éventuels développeurs étrangers faisaient très souvent appel aux Autochtones et à leur connaissance intime de la région.

X
Croquis des deux rives de la rivière des Outaouais et des chutes des ChaudièresEnlarge

[Source: “Sketch of both banks of the Ottawa River and the Chaudiere Falls, from P. Wright’s house to the Steamboat Ferry on the North side and showing Governement Stores, Richmond Landing and the Road, the Clergy Reserve, the Lebreton and Sherwood property, the Government purchase and Spark’s House on the South side]”, [1825], Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 4138620.]

Premiers colons

Les recensements de Gloucester et de Nepean réalisés avant l’arrivée du lieutenant-colonel John By en 1826 font état de seulement six maisons et d’une poignée de cabanes en bois dans la zone projetée pour la construction du canal. Au nombre des premiers colons, mentionnons Ira Honeywell, Braddish Billings, Captain Wilson, Caleb Bellows, Ralph Smith et Isaac Firth. Cette image illustre la seule grande parcelle défrichée à l‘époque, propriété de l’homme d’affaires irlandais Nicholas Sparks.

X

Télécharger Flash Player
Ce vidéo requis Javascript et le plugin Adobe Flash Player. Le plugin et disponible à http://get.adobe.com/flashplayer/

[Source: Portrait of Philemon Wright. Fonds John James, Bibliothèque et Archives Canada, numéro d’acquisition 1946-156-1, C-011056.; Archives publiques de l’Ontario, C 1-0-0-0-6. Fonds Thomas Burrowes. Hull, on the Chaudière Falls [1830].]

Durée: 20 secondes
Télécharger "Wrightsville" (.mp4 11 Mo) Voir la transcription de cette vidéo.

Wrightsville

Quelque 26 ans avant l’arrivée du lieutenant-colonel John By dans la vallée d’accès, le géant de l’industrie forestière et prospère entrepreneur Philemon Wright fondait le premier établissement permanent dans la région et le baptisa Wrightsville. En 1826, Wrightsville comptait environ 1 000 habitants, un hôtel, trois écoles, trois églises, trois tanneries et quatre moulins à scie : c‘était une ville frontalière très animée. Cette agglomération, connue aujourd’hui sous le nom de Hull (le plus vieux quartier de Gatineau), a joué un grand rôle en fournissant les travailleurs et les provisions nécessaires à la construction du canal.

X
Fondateurs» Introduction«