Haute ville

Située à l’ouest de la vallée d’accès, la haute ville était le lieu de résidence des habitants les plus riches de Bytown. Acquis par lord Dalhousie au nom de l’Ordnance Department, le terrain fut cadastré en prévision du développement de la haute ville. Les résidences construites dans ce secteur, plus spacieuses et ornées que celles des autres quartiers (notamment la basse ville), témoigneront avec le temps de la prospérité de Bytown.

Points d'intérêt

Télécharger Flash Player
Ce vidéo requis Javascript et le plugin Adobe Flash Player. Le plugin et disponible à http://get.adobe.com/flashplayer/

[Source: Ottawa, Canada West, – Upper Town, looking west. Fonds Wightman, fonds publiés de Bibliothèque et Archives Canada, Bibliothèque et Archives Canada, numéro d’acquisition MIKAN 2956658, C-010386.; Ville d’Ottawa, Canada West (Upper Town). Edwin Whitefield, fonds Charles Berkeley Powell. Bibliothèque et Archives Canada, numéro d’acquisition R11188-2, C-000601.]

Durée: 14 secondes
Télécharger "Vue de la haute ville de Bytown" (.mp4 5 Mo) Voir la transcription de cette vidéo.

Vue de la haute ville de Bytown

Le canal Rideau n’a peut-être jamais servi aux fins militaires pour lesquelles il a été conçu, mais il a néanmoins donné un nouvel élan à la vie économique du Haut et du Bas-Canada. Le développement de Bytown s’accompagna d’une diversification de l’emploi pour ses habitants. À peine 50 ans plus tard, le visage de la ville sera très différent de ce qu’il était avant la construction du canal.

Plus d'info sur les ouvriers » X

Télécharger Flash Player
Ce vidéo requis Javascript et le plugin Adobe Flash Player. Le plugin et disponible à http://get.adobe.com/flashplayer/

[Source: “Upper Bytown [Ottawa, ON] boundaries as marked on the ground and laid agreeably to the M. G. & Board’s order”, 1850, Bibliothèque et Archives Canada, 77803/9 CA, NMC [non indiqué].; Ville d’Ottawa, Canada West (Upper Town). Edwin Whitefield, fonds Charles Berkeley Powell. Bibliothèque et Archives Canada, numéro d’acquisition R11188-2, C-000601.; Wellington Street near Bank Street, Ottawa. Fonds C. Sedley, Bibliothèque et Archives Canada, numéro d’acquisition 1992-675-2, C-001548.; “L’expansion de la haute ville” [Animation]. Dr. Stephen Fai. Carleton Immersive Media Studio. 2012.]

Durée: 59 secondes
Télécharger "L’expansion de la haute ville" (.mp4 23 Mo) Voir la transcription de cette vidéo.

L’expansion de la haute ville

Après que le lieutenant-colonel John By eut terminé d’arpenter la haute ville et de diviser les lots à l’aide de poteaux et de piquets, les familles qui jouissaient d’un certain prestige – et des moyens de construire une maison et d’aménager leur terrain – firent rapidement l’acquisition de lots. Situés légèrement en hauteur et à l’ouest du canal projeté, ces lots étaient plus grands et considérés comme plus sains parce qu’ils étaient sur des sols secs, et donc plus attrayants pour les colons.

Plus d'info sur Bytown » X
Tableau représentant la rue Wellington, haute ville de BytownEnlarge

[Source: View of Wellington Street, Upper Bytown [1845]. Fonds Thomas Burrowes. Archives publiques de l’Ontario, C 1-0-0-0-10.]

Vue de la haute ville

La population de la haute ville, qui était à l’image de la haute société anglaise de l‘époque, était en majorité protestante. Une église presbytérienne sur la rue Wellington et une chapelle méthodiste furent construites rapidement pour desservir la communauté en plein essor. Les premiers bâtiments étaient surtout en pierre et en brique, reflet de la prospérité économique des résidents de la haute ville.

Plus d'info sur Bytown » X
Photographie d’un porte-cartes datant de 1820-1840 et fait d’écaille de tortue, de cuivre et de nacre avec cartes de visite en cartonEnlarge

[Source: Porte-cartes et cartes de visite, 1820-1840; écaille de tortue, cuivre, nacre et carton, Musée Bytown, J59.]

Porte-cartes et cartes de visite

Dans les débuts de Bytown, les hommes d’affaires et les entrepreneurs se baladaient sans doute avec des porte-cartes très ornés comme celui-ci. Si la basse ville était considérée comme le secteur commercial de Bytown, c’est dans la haute ville qu’habitaient les hommes d’affaires et les propriétaires fonciers. Ce porte-cartes de visite est d’un intérêt particulier puisqu’il contient toujours la carte de son propriétaire, M. James Fitzgibbon, maître charpentier du chantier du canal Rideau et employé du lieutenant-colonel John By. Il marie élégamment l‘écaille de tortue, le cuivre et le nacre.

Plus d'info sur la communauté » X
Photographie d’une lampe à camphène en métalEnlarge

[Source: Lampe à camphène, s.d., métal, Musée Bytown, L1.]

Lampe à camphène

Les lampes à camphène comme celle que l’on voit ici étaient d’usage courant au milieu des années 1800. Le camphène qui alimentait ces lampes était essentiellement une forme de térébenthine distillée que d’autres combustibles comme le kérosène viendront remplacer ultérieurement.

Plus d'info sur la communauté » X
Basse villeBasse ville Parc Major’s HillParc Major’s Hill