Recherches sur le canal Rideau - modules d’apprentissage

RECHERCHES SUR LE CANAL RIDEAU

Public cible

Étudiants de premier cycle universitaire, grand public

Domaines

Histoire, conservation du patrimoine, géographie, architecture, génie, politique sociale, études canadiennes, histoire militaire

Aperçu

Si vous étudiez la construction et les débuts du canal Rideau, son utilisation comme route commerciale ou ses transformations ultérieures à des fins touristiques, vous donnerez une valeur ajoutée à votre travail en y incluant des sources primaires. Une visite aux archives ou à la bibliothèque vous ouvrira une porte sur le passé : vous y découvrirez des éléments de fait et des documents qui vous aideront à rendre les événements historiques plus tangibles et réels. Elle rehaussera sans doute la qualité de votre travail ou de votre production finale, car l’ajout de sources primaires est un gage d’initiative en recherche et se traduit souvent par du contenu et des perspectives plus originaux que ceux de vos pairs.

Pour cette exposition, nous avons concentré nos recherches sur la construction des écluses d’Ottawa du canal Rideau et sur l’influence du canal sur l’évolution de Bytown, ce petit établissement britannique qui finira par devenir la capitale du Canada. Cette entreprise nous a amenés à consulter de nombreuses sources primaires et secondaires pour rassembler des informations sur la période du début de la colonie, soit entre 1817 et 1860. En préparant cette exposition, notre équipe de chercheurs et d’archivistes a acquis bon nombre de techniques de recherche utiles propres à la recherche sur le canal Rideau. Ces modules d’autoapprentissage vous guideront parmi certaines de ces techniques et vous proposeront des conseils et des trucs que nous avons formulés à la suite de nos propres expériences.

Objectifs

  1. Comprendre la différence entre une source primaire et une source secondaire
  2. Découvrir les avantages d’utiliser une source primaire
  3. Trouve réutiliser une source primaire
  4. Citer une source primaire
  5. Trouver des sources primaires qui documentent la phase de construction du canal Rideau
  6. Redécouvrir le canal Rideau en tant que site du patrimoine mondial l’UNESCO

Index des modules d’apprentissage

  1. Sources sur le canal Rideau
  2. Sources archivistiques sur le canal Rideau
  3. Sources primaires sur le canal Rideau
  4. Méthodes de recherche sur le canal Rideau
  5. Preuves historiques associées au canal Rideau

SOURCES SUR LE CANAL RIDEAU

Objectifs d’apprentissage

Vous apprendrez:

  1. ce qu’est une source secondaire;
  2. l’utilité d’une source secondaire;
  3. quelles sont les sources secondaires utiles dans le cadre de recherches sur le canal Rideau.

Introduction

Vous avez sans doute déjà utilisé de nombreuses sources secondaires. Le plus souvent, ce sont des livres et des manuels imprimés ou publiés présentant des recherches effectuées par d’autres personnes. Les ressources de ce type reflètent généralement les interprétations, les opinions et les préjugés de leurs auteurs. Il repose sur la recherche et la découverte de documents originaux. Habituellement, les sources secondaires se trouvent dans des bibliothèques, mais on les trouve aussi dans les collections d’ouvrages de référence d’archives et de musées.

Sources secondaires utiles à nos recherches:

  1. Watson, K. W. (2007). The Rideau route: Exploring the pre-canal waterway. Elgin, Ont: K.W. Watson.
  2. Passfield, R. W. (1980). Engineering the defence of the Canadas: Lt. Col. John By and the Rideau Canal. Parcs Canada : collection Documents inédits no 425, Ottawa: Parcs Canada, 479 p., illus.

Module d’apprentissage

Consultez la bibliographie des ressources utilisées dans le cadre du projet de recherche Passages historiques.

Examinez le titre des publications.

  • Dressez une liste de termes d’interrogation que vous pourriez utiliser pour consulter les bases de données, les dépôts d’archives et les répertoires de bibliothèques pour trouver des ressources traitant du canal Rideau.
    • Examinez le titre des ouvrages : ils vous procureront d’autres termes d’interrogation potentiels.
    • Examinez les dates de publication des livres. Plusieurs ouvrages sont souvent publiés sur un sujet autour d’une même année marquant un anniversaire ou un événement précis. Le canal Rideau a célébré son 150e anniversaire en 1982. Y a-t-il plus de livres publiés cette année-là?
    • Regardez le nom des auteurs. Il arrive qu’un auteur écrive plusieurs livres sur le même sujet.
    • Un dépôt d’archives donné ne contient pas tous les ouvrages qui existent. Il est possible que vous deviez consulter plusieurs dépôts, établissements ou bibliothèques pour trouver toutes les sources voulues. Pour faire une recherche approfondie, il faut y mettre du temps et parfois consulter plus d’un dépôt d’archives, alors donnez-vous le temps de trouver toutes les sources dont vous avez besoin.
  • Notez l’endroit où le matériel a été produit. Approfondissez la recherche pour quelques-unes de ces sources en vous rendant directement au site internet de la source (s’il y a lieu) pour voir si d’autres sources ont été produites à cet endroit.

Vérifiez les dépôts d’archives mentionnés dans les bibliographies et les références trouvées dans les archives de l’exposition et la section recherche dans le cadre du projet Passages historiques.

  • Choisissez une des bibliothèques listées, par exemple les Archives publiques de l’Ontario, la bibliothèque de l’Université Carleton ou Bibliothèque et Archives Canada, et cherchez-y l’un des titres de la bibliographie.

Toutes les sources secondaires ne se retrouveront pas dans une seule bibliothèque. Pour trouver des sources précises, vous aurez peut-être besoin de consulter des collections et des dépôts d’archives spécialisés, d’utiliser le service de prêts entre bibliothèques d’une bibliothèque universitaire ou de faire une demande auprès d’une agence gouvernementale pour obtenir des sources produites par le gouvernement et qui seraient épuisées. Il peut être difficile de faire une recherche poussée si les sources secondaires ne sont pas des publications récentes.

SOURCES ARCHIVISTIQUES SUR LE CANAL RIDEAU

Objectif d’apprentissage

Vous apprendrez:

  1. ce qu’est une source primaire;
  2. comment trouver des sources primaires;
  3. comment utiliser une source primaire;
  4. des façons d’utiliser une source primaire comme preuve historique;
  5. comment les sources primaires contribuent à révéler l’histoire du canal Rideau;
  6. à découvrir les liens entre le passé et le présent grâce à ce grand monument qu’est le canal Rideau, au moyen de documents d’archives.

Introduction

Les sources primaires sont généralement des récits ou des artefacts produits par les témoins d’événements du passé ou des participants à ces événements. Elles étayent par des documents les réflexions ou les actions d’une personne, d’un organisme, d’un établissement ou d’un groupe de personnes. Normalement, les sources primaires sont uniques et non publiées. Elles sont généralement conservées dans des dépôts d’archives, des bibliothèques ou des musées en raison de leur valeur à long terme et parce qu’elles témoignent d’événements du passé ou de l’existence des personnes qui les ont créées.

Voici quelques exemples de sources primaires:

  • Photographies
  • Peintures et dessins
  • Lettres et correspondance
  • Textiles (par ex. : tapisserie à l'aiguille)
  • Cartes
  • Plans architecturaux
  • Journaux intimes
  • Vidéos
  • Enregistrements de récits et d’entrevues
  • Journaux
  • Récits originaux publiés

View at the West End of Wellington Street, Upper Bytown, Thomas Burrowes, 1845.
« View at the West End of Wellington Street, Upper Bytown, Looking East, Thomas Burrowes fonds, 1845 ». Code de référence : C 1-0-0-0-10, Archives publiques de l’Ontario, I0002128.

Module d’apprentissage

  1. Pourquoi est-il important de faire la distinction entre sources primaires et sources secondaires, et comment faire des recherches primaires?
    • Les sources primaires donnent de la crédibilité et de la légitimité à vos propos sur le passé. Si vous affirmez que «Bytown était une ville en plein développement en 1845 », on pourrait vous demander comment vous savez cela. Par contre, si vous dites « en examinant l’aquarelle de Thomas Burrowes intitulée View at the West End of Wellington Street, Upper Bytown, Looking East, Thomas Burrowes fonds, 1845, on constate que Bytown était une ville en plein développement », l’affirmation a beaucoup plus de poids parce qu’elle renvoie à une source primaire. En appuyant votre affirmation par une source primaire, vous fournissez une preuve historique qui la renforce. N’oubliez pas que les sources primaires se présentent sous toutes sortes de formes, et que vous pouvez utiliser n’importe lequel de ces types de documents d’archives pour appuyer vos travaux.
  2. Quels autres renseignements cette aquarelle vous fournit-elle sur Bytown?
    • Y trouvez-vous de l’information sur le paysage?
    • Sur le mode de vie des habitants et sur les endroits où ils vivaient?
    • Sur les parcelles de terrain et la taille des concessions à titre gratuit?
    • Sur les méthodes de déboisement en vue du développement urbain?
      • Avant les années 1860, la peinture était un bon moyen de transmettre ce que les gens voyaient à leur époque, la photographie n’étant pas encore au point. Les peintures fournissent des preuves du passé ou constituent des témoignages de ce que les gens voyaient ou de leur façon d’interpréter les événements. Des images comme l’aquarelle de Burrowes, ci-dessus, documentent la construction du canal Rideau et les premières années de Bytown. Même si ces documents nécessitent une interprétation, elles procurent parfois des réponses à de nombreuses questions sur la période.
  3. Où trouve-t-on les peintures et autres documents de Thomas Burrowes? Cet endroit conserve-t-il d’autres documents de Thomas Burrowes?
    • Examinez la référence sous le tableau – vous y trouverez l’établissement où se trouve ce document.
      • Les Archives publiques de l’Ontario
    • Rendez-vous sur le site internet des Archives publiques de l’Ontario et cherchez cette image : http://www.archives.gov.on.ca/french/index.aspx
      • Cliquez sur Commencez votre recherche.
      • Cliquez sur Base de données des descriptions de documents d’archives.
      • Entrez « Thomas Burrowes » dans le champ Keyword Search, et cliquez sur Search. (Cette base de données hautement spécialisée n’est disponible qu’en anglais.)
      • Trois choix vous sont offerts:
      1. File / Item / Title : résultats comprenant « Thomas Burrowes » dans le fichier ou dans le titre seulement;
      2. Groups of Archival Records – résultats comprenant tous les groupes de documents où figurent les mots « Thomas Burrowes » comme mot clé;
      3. Record Creators – résultats comprenant tous les documents créés par « Thomas Burrowes ». L’option Groups of Archival Records comme catégorie de recherche devrait produire le plus grand nombre de résultats.
    • Cliquez sur « Thomas Burrowes fonds » - vous voilà presque à l’aquarelle! C’est à cet endroit, dans l’outil de recherche en ligne, que vous pourrez aussi chercher les autres documents associés à Thomas Burrowes.
      • Note : Les dépôts d’archives utilisent le terme « fonds » (en anglais comme en français) pour désigner une collection de documents créés, utilisés ou acquis par la même personne, famille ou organisation. Dans ce cas-ci, le fonds s’appelle le « Thomas Burrowes fonds »; le chercheur sait ainsi que tout ce qui se trouve dans cette collection de documents a été créé, utilisé ou acquis par Thomas Burrowes.
    • Cliquez sur l’option Finding Aid dans la partie gauche de la page, puis trouvez le lien View an Online List of These Records, qui vous mènera à l’outil d’aide à la recherche. Vous y trouverez la liste de toutes les images du fonds Thomas Burrowes. Trouvez l’image que vous cherchez dans la liste sous le titre « View at the West End of Wellington Street, Upper Bytown, Looking East, 1845 ».
  4. Qui était Thomas Burrowes? Pourquoi était-il à Bytown durant la construction des écluses d’Ottawa?
    • La description du fonds Thomas Burrowes comprend de l’information bibliographique. La plupart des dépôts d’archives incluront ce type d’information dans leur outil d’aide à la recherche, s’ils possèdent ce type d’information.
    • Il y a souvent plusieurs façons de faire une recherche dans un site internet d’archives. Essayez de chercher «Thomas Burrowes» dans la boîte de recherche générale dans le haut de la page d’accueil. Avez-vous trouvé l’exposition? Vous devriez trouver dans cette exposition de l’information sur Burrowes et sur ses liens avec Bytown et les écluses d’Ottawa.

SOURCES PRIMAIRES SUR LE CANAL RIDEAU

Objectif d’apprentissage

Vous apprendrez:

  1. quelles sont les bonnes sources primaires;
  2. comment définir une source primaire;
  3. comment l’utilisation détermine une source primaire;
  4. comment distinguer une source primaire d’une source secondaire;
  5. quelle est l’importance des sources primaires et de bien les utiliser;
  6. toutes sortes de détails sur la construction et les débuts du canal Rideau et de ses environs.

Introduction

Les sources primaires ne sont pas que des récits ou des artefacts créés par un témoin ou un participant à des événements du passé; il peut aussi s’agir d’artefacts, de documents, d’enregistrements ou d’autres sources d’information créés durant la période que vous étudiez. Les sources secondaires sont souvent des documents qui se basent sur une source primaire ou qui la citent ou la commentent. Mais comment savoir si un document est une source primaire ou secondaire puisque ces deux types de sources sont parfois difficiles à distinguer? Il faut se poser des questions sur l’objet ou le matériel que vous utilisez:

  • Est-ce que l’objet ou le document fournit des preuves d’un événement ou d’une activité du passé?
  • S’agit-il d’une source directe, autrement dit d’un témoignage original émanant de la source d’origine, ou d’un document original créé au moment de l’événement ou peu de temps après?

Il est parfois compliqué de déterminer si un objet, un document, un dossier ou une publication est une source primaire ou secondaire, puisque la réponse dépend parfois de l’usage que l’on en fera dans le cadre de la recherche.

Module d’apprentissage

Van Cortlandt, Gertrude. Rise and progress of the city of Ottawa from the foundation of the Rideau canal to the present time.

Le document:

  • Van Cortlandt, Gertrude. (1858). « Records of the rise and progress of the city of Ottawa from the foundation of the Rideau canal to the present time. » The Ottawa Citizen. Source : http://www.canadiana.org/ECO/ItemRecord/63231?id=413df51ba1bef7b9
    • Il s’agit d’un livre publié. Si vous le lisez en tant qu’ouvrage littéraire, comme ce pour quoi il a été écrit à l’origine, ce sera une source secondaire. Toutefois, on peut aussi le considérer comme un témoignage de Gertrude Van Cortlandt. Elle y décrit en effet la construction du canal Rideau et ses effets sur les infrastructures, la société et l’évolution d’Ottawa/Bytown. Ce serait une source primaire utile pour toute personne qui fait des recherches sur les aspects sociaux des débuts des Bytown, sur les effets de la construction et l’influence du canal Rideau, sur le vécu des premiers Canadiens, sur le rôle des femmes au début de la colonisation du Canada ou sur bien d’autres sujets. Ce sont cette utilisation du matériel et son interprétation qui en feraient une source primaire.
    • Des ressources comme ce livre de Van Cortlandt renseignent le chercheur sur la façon de penser des gens à cette époque et sur les événements du passé.
  • Il est toujours bon de comparer une source primaire à d’autres sources primaires de la même période. Comme tout témoin, l’auteur de la source n’est peut-être pas impartial ou pourrait exprimer son propre point de vue. Une deuxième perspective est toujours une bonne pratique en recherche, car elle permet au chercheur de mieux comprendre le passé. S’agit-il d’une source primaire?

MacTaggart, John. (1829). Three years in Canada: an account of the actual state of the country in 1826-7-8, comprehending its resources, productions, improvements, and capabilities, and including sketches of the state of society, advice to emigrants, &c., London: H. Colburn.

Le document:

  • MacTaggart, John. (1829). Three years in Canada: an account of the actual state of the country in 1826-7-8, comprehending its resources, productions, improvements, and capabilities, and including sketches of the state of society, advice to emigrants, &c., London: H. Colburn. Source: http://www.canadiana.org/view/36878/0003.
  • MacTaggart fait-il un témoignage de la vie à Bytown durant la construction du canal Rideau?
  • Qui était-il et de quelle façon sa position peut-elle influencer son point de vue? Qui était Van Cortlandt et de quelle façon son statut peut-il influencer sa perspective?
    • MacTaggart était un ingénieur civil originaire d’Écosse. Son point de vue sur les autres cultures était sans doute influencé par sa propre origine culturelle, et son idéologie, sur sa formation d’ingénieur et sur l’expérience qu’il a vécue comme immigrant. Son témoignage est aussi celui d’un homme, et il précède de quelques années celui de Van Cortlandt.
    • Van Cortlandt était l’épouse d’un médecin très connu; on peut s’attendre à ce que sa perspective de la vie soit celle d’une personne assez fortunée et privilégiée. Il est probable que son point de vue de femme diffère de celui de MacTaggart quant aux expériences vécues, aux sujets abordés et à la façon de dire les choses. Son récit est plus tardif que celui de MacTaggart et il fournit moins d’information sur la vie des immigrants aux débuts de Bytown, mais il brosse un tableau plus détaillé d’Ottawa à une phase plus avancée de son développement.

MODULE D’APPRENTISSAGE #4

MÉTHODES DE RECHERCHE SUR LE CANAL RIDEAU

Objectifs d’apprentissage

Vous apprendrez:

  1. comment utiliser les sources secondaires pour trouver des sources primaires;
  2. comment utiliser vos sources secondaires plus efficacement;
  3. comment développer vos compétences en recherche;
  4. ce que sont les dépôts d’archives;
  5. à bien utiliser les sources primaires.

Introduction

Il existe de nombreuses méthodes de recherche, et chaque personne finit par choisir les techniques ou les pratiques qu’elle préfère. Les sources secondaires sur le canal Rideau peuvent servir d’outils qui vous aideront à trouver des sources primaires. Parfois, c’est en lisant d’abord la bibliographie et les notes en fin de document ou en bas de page d’un livre que l’on trouve les renseignements les plus utiles comme point de départ à une recherche. Vous pouvez commencer à voir des modèles dans les études réalisées par d’autres personnes, par exemple l’utilisation des mêmes documents d’archives provenant des mêmes dépôts d’archives.

Module d’apprentissage

Comme de nombreuses sources secondaires s’appuient sur des sources primaires, vous trouverez les sources consultées pour leur rédaction soit directement dans le texte, soit dans les notes en fin de document ou en bas de page, ou dans les bibliographies. Il se peut que vous ayez besoin de fouiller plus profondément à la recherche de ces sources parce que le format des références n’est pas toujours cohérent d’un livre à un autre. Dans les ouvrages les plus anciens publiés par des agences privées, on permettait souvent aux rédacteurs d’utiliser leurs propres méthodes de référence, auxquelles vous ne serez peut- être pas habitué. Voici un exemple d’endroit où l’on a trouvé des références, classées par chapitre, à la fin de la publication.

Photographie d'un document textuel: Passfield, R. W. (1980). Engineering the defence of the Canadas: Lt. Col. John By and the Rideau Canal. Parcs Canada : collection Documents inédits, no 425, Ottawa: Parcs Canada, 479 p., illus.

Source : Passfield, R. W. (1980). Engineering the defence of the Canadas: Lt. Col. John By and the Rideau Canal. Parcs Canada : collection Documents inédits, no 425, Ottawa: Parcs Canada, 479 p., illus.

  1. Examinez cette page de notes en fin de document de Engineering the Defence of the Canadas de Passfield. Que remarquez-vous à propos de ces notes? Qu’est-ce qui complique la tâche de retrouver les documents mentionnés?
    • Bon nombre des sources anglaises sur le canal Rideau mentionnent PAC (Public Archives of Canada/Archives publiques du Canada) comme source de documents. Certaines mentionnent aussi NAC (National Archives of Canada/Archives nationales du Canada), ou encore LAC (Library and Archives Canada/Bibliothèque et Archives Canada), dans le cas de publications plus récentes. Or, ces ressources se trouvent toutes au même endroit, qui a toutefois changé de nom au fil des ans. Il est impossible de se fier à l’âge du document pour trouver la signification de ces acronymes. Les nouvelles publications peuvent porter l’ancien acronyme PAC pour l’une des deux raisons suivantes : a) la référence a été copiée d’une autre source; b) la référence portait l’ancien nom de l’établissement.
      • Entre autres acronymes anglais utilisés par Bibliothèque et Archives Canada, mentionnons NMC (National Map Collection), MC (Map Collection) et CMC (Canadian Map Collection).
    • Bibliothèque et Archives Canada a deux façons de classer les fichiers textes dans son dépôt : GM (groupes de manuscrits) pour les documents créés par le gouvernement ou portant sur le gouvernement, et GA (groupes d’archives) pour les documents donnés ou créés par un individu ou un organisme privé. Les mentions GM ou GA (suivies d’un chiffre) indiquent donc qui a créé le document et fournissent un code d’identification.
    • WO44 veut dire « War Office » (bureau de guerre). C’est aussi un code d’identification de Bibliothèque et Archives Canada. S’il existe bon nombre de ces bureaux, quelques-uns seulement avaient un rôle à jouer dans l’histoire du canal Rideau. Quelques-uns des dossiers provenant de ces bureaux et qui sont utiles dans les recherches sur le canal Rideau sont WO 44, 45, 46, 47, 48, 49, 52, 54 et 55.
    • Les thèses de doctorat et de maîtrise sont également des sources d’information utiles pour les chercheurs. Elles peuvent servir de sources secondaires elles- mêmes et vous mettre sur la piste de sources primaires grâce à leur bibliographie.
  2. Passfield mentionne deux thèses dans ses notes en fin de document. Comment feriez-vous pour les trouver?
    • Toutes les thèses rédigées au Canada sont consultables à Bibliothèque et Archives Canada, dont bon nombre d’entre elles directement sur le site : http://www.collectionscanada.gc.ca/thesescanada/index-f.html
    • Vous pouvez aussi consulter le catalogue AMICUS pour trouver d’autres endroits où se trouvent ces thèses : http://amicus.collectionscanada.gc.ca/aaweb/aaloginf.htm
    • Si vous êtes dans une université, consultez votre propre catalogue ou le réseau de prêts entre bibliothèques. Il se pourrait que vous puissiez emprunter ces thèses d’autres universités gratuitement.
  3. Que signifie la référence « PAC, MG13, WO44, Vol. 16, Reel B-217» de Passfield? Pouvez-vous trouver cette ressource?
    • PAC signifie Public Archives of Canada (Archives publiques du Canada), aujourd’hui connues sous le nom de Bibliothèque et Archives Canada. C’est là où la ressource se trouve.
    • Le code MG13 identifie le groupe de manuscrits (MG pour manuscript group) de cette ressource.
    • WO44 signifie War Office 44, qui est le créateur de cette ressource.
    • La mention « Reel » (bobine) suivie d’un chiffre indique que vous utiliserez un microfilm. Quant à la mention « Vol. », elle indique le numéro de volume d’une série de bobines.
    • Les outils de recherche de Bibliothèque et Archives Canada sont offerts pour tous les groupes de manuscrits. Les cartables pertinents se trouvent au deuxième étage de la salle des références d’Ottawa. Vous pouvez aussi utiliser les outils d’aide à la recherche en ligne à l’adresse suivante: http://www.collectionscanada.gc.ca/lac-bac/recherche/arch.
    • Suivez ce lien et cherchez WO44.
      • Qu’avez-vous trouvé? WO44 renvoie à l’Ordnance Department, qui supervisait la construction du canal Rideau. Le lieutenant-colonel John By était un officier des Royal Engineers, à qui l’Ordnance Department avait délégué les travaux d’ingénierie et la maîtrise d’œuvre de la construction du canal. Ce groupe de dossiers contient de la correspondance, des plans, des devis et d’autres éléments de fait des premières années de l’histoire du canal.

MODULE D’APPRENTISSAGE #5

PREUVES HISTORIQUES ASSOCIÉES AU CANAL RIDEAU

Objectifs d’apprentissage

Vous apprendrez:

  1. comment utiliser les sources primaires dans différentes disciplines tout en enrichissant vos connaissances sur l’histoire du Canada;
  2. à faire preuve de créativité dans vos recherches;
  3. que les sources primaires ne sont pas que des écrits;
  4. que les sources primaires sont des preuves historiques;
  5. à découvrir les liens entre le passé et le présent grâce à ce grand monument qu’est le canal Rideau, au moyen de documents d’archives.

Introduction

La plupart des gens qui se posent une question ont l’habitude d’ouvrir un livre ou de faire une recherche sur Internet pour trouver leur réponse. On peut toutefois obtenir des informations importantes en consultant d’autres médias. Les sources primaires se présentent en différents formats, notamment des cartes, des dessins, des peintures, des photographies ou des plans architecturaux. Toutes sont des preuves de l’histoire du canal Rideau.

Module d’apprentissage

En étudiant l’histoire du canal Rideau, vous trouverez sans doute des plans, des cartes et des dessins. Ces outils servaient aux Royal Engineers chargés d’arpenter le territoire, de présenter des estimations et de concevoir les structures des écluses et des barrages qui constitueraient le canal Rideau. Une fois le canal terminé, bon nombre d’autres plans, cartes et dessins ont été produits puisque les développeurs, gouverneurs et citoyens voulaient étayer par des documents les changements résidentiels, commerciaux et géographiques que subissait la région. Ces images constituent d’excellentes preuves historiques de la période de construction du canal Rideau et de bons compléments aux témoignages écrits que contiennent les récits imprimés, la correspondance et les documents officiels du gouvernement.

Photographie d'une carte: « Plan shewing the Lot, tinted yellow, applied for by Mr Augustus Keefer »

 

R I Pilkington (ill.). « Plan shewing the Lot, tinted yellow, applied for by Mr Augustus Keefer ». 1850. Archives nationales du Royaume-Uni. #MPH1/1150/1.

  • Que remarquez-vous à propos de cette carte?
    • Il s’agit d’une carte dessinée à la main et peinte à l’aquarelle par le lieutenant-colonel John By des Royal Engineers. Saviez-vous que les Royal Engineers étaient formés selon le style Beaux-Arts néoclassique en architecture? Cette carte pourrait servir de source primaire dans une étude sur le style Beaux-Arts en histoire de l’art, même si cette étude n’avait rien à voir avec le canal Rideau en particulier.
    • Remarquez les notes manuscrites. Cette carte pourrait aussi servir dans le cadre d’une étude paléographique de l’écriture anglaise manuscrite au XIXe siècle.
  • Cette carte date d’avant l’époque de la cartographie moderne : que remarquez- vous au sujet de cette carte?
    • Remarquez l’échelle de la carte et l’emploi de Chains (chaînes ou chaînons) comme unité de mesure. C’est une ancienne mesure d’arpentage britannique.
    • La carte indique avec précision les principaux points d’intérêts géographiques.
    • La carte ne fournit pas uniquement de l’information de nature géographique.
    • La carte pourrait servir dans le cadre d’une étude sur les débuts de la géographie canadienne ou les techniques de cartographie des Royal Engineers.

RECHERCHES SUR LE CANAL RIDEAU

Conseils pour la recherche

  1. Préparez-vous bien à faire vos recherches. À votre première visite aux archives, vous devrez demander un laissez-passer de chercheur. Prévoyez du temps pour cette démarche. Vous devrez aussi laisser vos articles personnels dans un casier et n’apporter avec vous que du papier, un crayon ou un ordinateur à des fins de recherche.
  2. Soyez créatif : commencez par le canal Rideau, mais élargissez vos recherches en incluant des termes comme Bytown, Royal Engineers, lieutenant-colonel John By, Ordnance Department, rivière des Outaouais et défense du Canada, qui peuvent offrir d’autres renseignements importants.
  3. Copiez les microfilms et les microfiches sur une clé USB au lieu de les imprimer. L’image numérique sera plus facile à lire à l’écran, et vous pourrez toujours l’imprimer plus tard.
  4. Les microfilms et les microfiches sont vos alliés. Bien des gens n’aiment pas travailler avec ces formats, mais une bonne partie des documents de l’époque de la construction du canal Rideau se présentent ainsi. Puisque ce type de recherche peut être fatigant, il est important de prendre des pauses. Prévoyez toujours d’autres options de recherche si la fatigue vous prend.
  5. Si vous trouvez des publications des années 1800 traitant du canal Rideau, de Bytown ou du lieutenant-colonel John By qui sont sur microfilm ou microfiche, faites une recherche sur Google Books ou dans les ressources électroniques et les bases de données de votre bibliothèque. Il se pourrait que les publications y soient en version électronique.
  6. Au début de vos recherches, commencez à dresser une liste des noms de lieux, de dates et de noms d’événements importants. Ce sont d’excellents termes d’interrogation pour trouver des sources primaires dans les archives, les bibliothèques et les musées.
  7. Les livres qui s’appuient en grande partie sur les documents d’archives sont un très bon point de départ puisque vous pouvez trouver dans leur bibliographie des pistes pour commencer vos propres recherches dans les archives.
  8. Si vous demandez des copies d’images dans un dépôt d’archives, comme l’aquarelle ci-dessus de Thomas Burrowes, attendez-vous à payer pour le service et/ou à attendre votre image plusieurs semaines. Demandez toujours la permission avant de reproduire une source dans des publications et des sites internet, même si les droits d’auteur ne semblent pas s’appliquer. Il peut y avoir des restrictions dont vous n’êtes pas au courant, ou les archives peuvent vous demander de mentionner la source si des reproductions de leurs collections paraissent dans vos travaux.

Télécharger (.pdf 2 MB)